logo2

Photo poitrine2

Objectif

L’hypotrophie mammaire est définie par une insuffisance de développement des seins, qui peut engendrer d’importants retentissements physiques et psychologiques chez les femmes.
L’intervention vise donc à augmenter le volume d’une poitrine, jugée insuffisante, par la mise en place d’implants afin d’harmoniser les seins par rapport à l’ensemble de la silhouette.
Si une ptôse mammaire (seins tombants) y est associée, celle-ci peut être corrigée en même temps mais obligera à une rançon cicatricielle plus importante.

Principe

Des seins de petit volume peuvent exister d’emblée dû à un développement insuffisant de la glande mammaire ou bien être secondaires à un amaigrissement, un allaitement, une grossesse.
Il faut en principe attendre la majorité pour pouvoir bénéficier d’une augmentation mammaire.

L’intervention va ainsi consister à la mise en place de prothèses mammaires composées d’un gel de silicone.

Forme des prothèses
Il existe 2 grands types de prothèses : rondes ou anatomiques.
Pour chaque forme d’implant il existe plusieurs caractéristiques différentes : volume, projection, texture extérieure.
Pour faire le meilleur choix d’implant, il est donc nécessaire de prendre en compte les désirs de la patiente et d’évaluer ses caractéristiques physiques. Ce choix sera donc fait lors de la consultation et de la discussion avec votre chirurgien ainsi que par la réalisation d’essais.

Cicatrices
Il existe 3 incisions possibles pour la mise en place des implants:
- voie sous mammaire : la cicatrice est cachée dans le sillon sous le sein;
- voie hémi-périaréolaire inférieure : la cicatrice se trouve sur la partie inférieure de l’aréole mais il faut que celle-ci ait une taille suffisante;
- voie axillaire (non pratiquée par le Dr Minetti actuellement) : la cicatrice se trouve au niveau de l’aisselle.
Une fois les implants mis en place, des fils résorbables sont utilisés pour réaliser la fermeture.

Si une ptôse mammaire importante est associée à l’hypotrophie, il peut parfois être nécessaire de recourir à un geste de mastopexie visant à remonter en même temps les seins. Dans ce cas il sera nécessaire de réaliser d’autres cicatrices.

Position des prothèses
Pour placer la prothèse, il faut créer se que l’on appelle une loge. Celle-ci peut être en avant du muscle grand pectoral (loge pré-pectorale) ou arrière de ce muscle (loge rétro-pectorale).
Le choix dépendra essentiellement des caractéristiques physiques de la patiente.

Augmentation mammaire Augmentation mammaire2

Afin que le sang ou les liquides pouvant s’accumuler dans la loge soient évacués, un redon est laissé en place 48 à 72 heures.

Un pansement modelant et compressif est également réalisé en fin d’intervention.

Prise en charge

Cette chirurgie à visée purement esthétique ne peut pas bénéficier de prise en charge par l’Assurance Maladie, sauf dans de très rares cas particuliers, et un devis vous est alors remis lors de votre consultation.

Un bilan pré-opératoire est nécessaire avec la plupart du temps la réalisation d’une échographie et/ou d’une mammographie.

Durée d’intervention : 1 à 2 heures.

Type d’anesthésie : Anesthésie générale avec consultation d’anesthésie pré-opératoire obligatoire.

Hospitalisation : Le matin de l'intervention et sortie le lendemain.

Suites post-opératoires

Le premier pansement compressif est retiré après 48 à 72 H en même temps que les redons. Ce dernier est alors remplacé par un pansement plus léger associé au port d’un soutien-gorge de maintien qui assurera une bonne contention post-opératoire et cela pendant 1 mois nuit et jour.

Initialement les seins présenteront des ecchymoses, un oedème et il est fréquent qu’il y ait une gène à l’élévation des bras les premiers jours.
Les douleurs sont souvent importantes les premiers jours (jusqu’à l’ablation des redons) notamment lorsque les prothèses sont placées sous le muscle, puis diminuent rapidement.
Les pansements sont réalisés pendant une quinzaine de jours.
Une prévention de la thrombose veineuse est également instaurée afin de diminuer les risques de phlébite, et il vous est également demandé de marcher le plus rapidement possible après l’intervention afin de diminuer ce risque.

Le résultat sera acquis au bout de 2 à 3 mois qui correspond au temps nécessaire pour que les seins aient retrouvé toute leur souplesse et que les prothèses se soient stabilisées.

L’aspect définitif des cicatrices va prendre 12 à 18 mois. Afin d’améliorer l’aspect cicatriciel il vous sera expliqué les soins à réaliser sur celles-ci (massages, pas d’exposition aux UV).

Une convalescence de 1 semaine à 15 jours est recommandée.

Un arrêt des activités sportives est également conseillé pendant 1 mois.

Complications

Comme pour toute intervention chirurgicale, quelle qu’elle soit, il existe des risques médicaux d’ordre général (phlébite, embolie, infection sévère...), des risques liés à l’anesthésie et des risques spécifiques à chaque chirurgie. Tous ces risques vous seront spécifiquement expliqués lors de la consultation avec votre chirurgien et l’anesthésiste.

Les complications spécifiques à l’augmentation mammaire peuvent être un hématome, un épanchement séreux, une infection, une nécrose cutanée, une baisse de sensibilité notamment au niveau des mamelons, des cicatrices disgracieuses, un pneumothorax.
D’autres complications bien plus spécifiques peuvent également apparaitre : apparition de plis ou vagues, rupture d’implant, coque peri-prothétique, déplacement… mais toutes ces complications ainsi que leurs significations vont seront clairement expliquées en consultation.

Tous les risques sont majorés par la prise de tabac et il vous sera donc très vivement conseillé d’arrêter de fumer 1 mois avant et 1 mois après l’intervention.

Les bonnes pratiques vont permettre de limiter les risques mais ne peuvent pas les supprimer.

Suivi

Il est nécessaire de réaliser un suivi régulier avec votre chirurgien pour dépister une éventuelle complication tardive pouvant nécessiter un changement d’implant : rupture, déplacement, coque. Il faut savoir qu’une prothèse n’est pas définitive et que sa durée de vie est estimée à 10-15 ans.
Dans l’état actuel des connaissances, on peut affirmer que l’implantation de prothèses mammaires, y compris en silicone, n’augmente pas le risque de survenue d’un cancer du sein. Néanmoins il faut être vigilant dans le cadre du dépistage du cancer du sein car les implants peuvent parfois perturber la bonne réalisation des examens cliniques et radiologiques et il est important de signaler que vous êtes porteuse de prothèses mammaires.

Fiche d’information « Prothèse Mammaires et Hypoplasie des seins » rédigée sous l’égide de la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique.

Simulateur

Prendre rendez-vous en ligne

Petits conseils

Avec l’anxiété on oublie souvent de poser certaines questions lors de la consultation. Voici donc quelques petits conseils pour vous aider à préparer au mieux votre future intervention.
Toutes les informations fournies sont purement indicatives et sont surtout là pour vous aider à comprendre le déroulement de votre prise en charge.
Rien ne pourra remplacer les informations fournies lors de vos consultations.
 

Enquête de satisfaction

Votre avis nous intéresse, le Dr Minetti vous serait infiniment reconnaîssant de prendre quelques minutes pour répondre à cette enquête de satisfaction.